login



Contact

FEMS Secrétariat
Permanent

Rue Guimard, 15
B-1040 Bruxelles

close +32 2 736 60 66
Fax +32 2 732 99 72
info@fems.net

FEMS Registered Office

39, rue Victor Massé
F-75009 Paris

Secretary

Diana Voicu

National Report Autumn 2016

Romanian Federative Trade Union Chamber of Physicians

Rapport CFSMR mai – octobre 2016

Suite aux protestations du printemps 2016 (voir le précédent rapport) la CFSMR et deux autres fédérations syndicales ont réussi à imposer la continuation du dialogue social avec les ministères de la Santé et du Travail pour l’amélioration des salaires, des services de garde et d’astreinte et pour le respect des conditions de travail prévues par les lois roumaines et par la Directive Européenne 88/2003.
En juin 2016, après plusieurs séances de négociations, le gouvernement roumain a proposé un projet d’ordonnance gouvernementale concernant les revenus des salariés du système public de santé, y compris les médecins salariés. Ce document avait proposé des améliorations limitées pour les hôpitaux universitaires, départementaux et pour les services d’urgence et avait aussi éliminé l’obligation imposée aux médecins salariés d’effectuer le service de garde ou d’astreinte. En même temps les petits hôpitaux ont été oubliés par cette proposition gouvernementale qui risquait aussi d’amplifier le phénomène des « desserts médicaux » - les départs des médecins spécialistes des petits hôpitaux, établissements qui ont déjà un important déficit de personnel. La CFSMR a demandé aux deux ministères d’améliorer leur proposition législative pour éliminer les discriminations des médecins travaillant dans les petits hôpitaux.

En septembre 2016 le gouvernement roumain a publié une nouvelle ordonnance qui reprend les mêmes discriminations pour les salaires des médecins et qui n’a pas des solutions pour tous les problèmes liés aux services de garde et d’astreinte. La CFSMR a de nouveau solicité aux deux ministères de la Santé et du Travail la relance du dialogue social pour trouver une solution législative correcte, sans discrimination et dans le respect des lois roumaines.

L’éternel problème de la représentativité des médecins : pendant toute cette période la CFSMR a constaté une nouvelle fois que les ministres et le gouvernement préfèrent toujours discuter les problèmes des médecins avec les syndicats des infirmiers et du personnel administratif, en refusant toute discussion sur un possible changement législatif qui pourrait permettre aux syndicats des médecins de bénéficier d’une representativité au niveau national.